LOGIQUE 3 : LOGIQUE SEQUENTIELLE

Dans les systèmes automatisés simples, ne nécessitant pas d'asservissement particulier (système non soumis à des perturbations éventuelles), la partie commande est gérée grâce à la combinaison de deux types de logiques : la LOGIQUE COMBINATOIRE et la LOGIQUE SEQUENTIELLE. Bien que distinctes, elles vont rarement l'une sans l'autre.

Un SYSTEME A LOGIQUE SEQUENTIELLE est un système dont l’évolution dépend à la fois des variables d’entrée et du temps. L’information sur le passé du système est donnée par des variables (souvent gérées en logique combinatoire) internes au système séquentiel.
1. Technologies
Pour réaliser un système en logique séquentielle, il est nécessaire d’utiliser des microprocesseurs.
1.1. Automates Programmables Industriels
Ce dispositif programmable est destiné à automatiser des processus tels que la commande de machines au sein d’une usine et à piloter des robots industriels.
Il reçoit des données par ses entrées, celles-ci sont ensuite traitées par un programme défini, le résultat obtenu étant délivré à ses sorties.

Avantages :
  • Composés d’éléments très robustes (environnement agressif).
  • Très grandes capacités d’exploitation.
Inconvénients :
  • Beaucoup plus cher que les solutions informatiques classiques.
  • Mise en œuvre plus exigeante (câblage et intégration).
1.2. Microcontrôleurs
Un MICROCONTROLEUR est un circuit intégré qui rassemble les éléments essentiels d’un ordinateur : processeur, mémoires, unités périphériques et interfaces d’entrées-sorties.
Domaine d’activités : prototypage, objets connectés (IoT), etc.
Avantages :
  • Haut degré d’intégration.
  • Faible consommation électrique.
  • Coût réduit.
  • Facile à connecter avec des composants électroniques de base.
Inconvénients :
  • Vitesse de fonctionnement faible.
  • Limitation de la puissance.
  • Taille de programme et de quantité de mémoires réduites.
1.3. Ordinateurs
Avantages :
  • Traitement rapide.
  • Récupération des informations facilitée.
  • Intégration dans un réseau local facilitée.
Inconvénients :
  • Equipements pour connecter capteurs et actionneurs à prévoir.
  • Fragilité du dispositif en fonction de l’exigence du milieu industriel.
  • Sensibilité aux virus informatiques et piratage.
2. Diagramme d'Etat SysML
Le DIAGRAMME D'ETAT est essentiellement un outil graphique permettant de modéliser le comportement séquentiel, en termes de déroulement d’activités au fil du temps.

Les ETATS représentent toutes les valeurs que peuvent prendre au fil du temps les variables internes ou de sortie.

On parle également de systèmes à évènements discrets ; la notion d’EVENEMENT intervenant dans ces systèmes correspond aux conditions de passage d’un état à un autre.
Il se compose de :
  • ETAT INITIAL, représenté par un rond plein ;
  • ETAT FINAL, représenté par un rond entouré d’un plus grand
    NB : un diagramme d’état peut ne pas avoir d’état final dans le cas où il reboucle indéfiniment sur un état donné.
  • Les ETATS sont représentés par les rectangles, comprenant un titre et une description. La description renseigne l’activation des sorties ou des fonctions internes.
    Ces activations peuvent arriver :
    • A l’entrée de l’état : entry/
    • Au cours de l’état : do/
    • A la sortie de l’état : end/
  • Les états sont reliés par des FLECHES, renseignées par des TRANSITIONS.
    On remarque que certaine flèche n’a pas de transition renseigné, dans ce cas, le passage est obligé.
3. Chronogramme
Comme on l’a défini dans la logique combinatoire, le CHRONOGRAMME est un outil graphique qui représente l’évolution temporelle des différents états en fonction des évènements.

Compléter un chronogramme demande méthode et rigueur . A partir d’un état donné, le premier évènement intervenant qui permet de sortir de l’état « gagne ».

L’absence d’évènement spécifique (flèche vide) génère le passage automatique d’un état à l’autre.